Réseau CourtaPro.ch

Le guide pratique sur la création et la gestion d'entreprises

Mon-entreprise.ch

Accueil Accueil
Résidents HORS Suisse: ICI ! Résidents HORS Suisse: ICI !
1 - Je fais le point > 1 - Je fais le point >
2 - Je démarre mon projet > 2 - Je démarre mon projet >
3 - Je crée mon entreprise > 3 - Je crée mon entreprise >
4 - Je deviens indépendant > 4 - Je deviens indépendant >
5 - Je constitue une Sàrl/SA > 5 - Je constitue une Sàrl/SA >
6 - Je modifie ma société > 6 - Je modifie ma société >
7 - La fiscalité de l'entreprise > 7 - La fiscalité de l'entreprise >
8 - Je gère mon entreprise > 8 - Je gère mon entreprise >
9 - Les assurances choses > 9 - Les assurances choses >
10 - Nos services entreprises > 10 - Nos services entreprises >
Téléchargez nos tarifs entreprise Téléchargez nos tarifs entreprise
Téléchargez le guide complet Téléchargez le guide complet
 

Maximes sur l'esprit d'entreprise

 Téléchargez le guide pratique: "Démarrer mon projet"   

"Vivre, ce n'est pas seulement être actif, c'est agir en vue de créer du meilleur en nous et autour de nous ... Chaque jour nous offre une chance d'améliorer quelque chose"

Ces quelques maximes sont issues  du livre "L'homme à la barre" d'Emile Oesch aux éditions Oesch Verlag à Zurich.  Nous avons obtenus le droit de numériser ce livre et de le diffuser gratuitement: cliquez ici pour le télécharger ! 

Qui est un chef un guide ?

Des époques comme celle que nous vivons actuellement nous rendent soit plus grands, soit plus petits. Elles révèlent ce que nous valons.

Ceux qui réussissent sont ceux qui entreprennent. Il en a toujours été ainsi. Tout homme qui a le courage d'entreprendre quelque chose a l'étoffe pour devenir un chef.

Seul celui qui ne perd pas contenance et garde son calme sera en mesure de faire et d'ordonner dans chaque cas ce qui s'impose.

Du reste, que nous importent les circonstances. Elles n'ont sur nous que le pouvoir que nous-mêmes leur donnons.

Notre vie n'est pas dans les choses, mais en nous. Que le fruit de notre labeur soit détruit, nous recommencerons en faisant encore mieux.

Être de son temps 

S'il fallait accomplir le moindre effort pour passer d'aujourd'hui à demain, nombreux sont ceux qui resteraient toujours à hier.

Être sur le bon chemin, c'est bien. Mais s'y arrêter, c'est risquer d'être dépassé, et peut-être écrasé.

Pour aller de l'avant, il faut savoir oublier. L'on ne saurait accueillir des connaissances nouvelles avant d'avoir oublié celles qui sont périmées.

Celui qui prépare ses plans réussit mieux

Faire des plans, adopter des méthodes de travail efficientes et avoir des buts concrets, voilà les éléments décisifs du succès pour tous ceux qui travaillent.

Un homme sans plans est comme un navire sans gouvernail.

L'habitude d'aller au fond des choses est une vertu bien rare.

Nombre de possibilités et de buts nous paraissent souvent inaccessibles parce que nous n'avons jamais essayé sérieusement de les atteindre.

Ne faire une chose importante qu'à demi est pour ainsi dire inutile. Car le plus souvent, c'est la seconde moitié qui compte.

Beaucoup attendent les occasions. Les hommes actifs les créent.

Hier, c'est le passé. Aujourd'hui, c'est le moment présent : tirons-en parti.

Demain vient un jour nouveau : préparons-en le plan !

L'affaire la plus importante est toujours celle que nous allons aborder.

Cinq minutes de réflexion et d'action créatrice valent mieux que des nuits passées à bâtir des châteaux en Espagne.

Ce qui compte, ce n'est pas ce que nous entreprenons, mais ce que nous menons à chef.

Le tout est d'être prêt

Nous ne devons pas nous attendre à recevoir plus que nous ne sommes prêts à donner nous-mêmes.

L'homme supérieur qui est à la barre ne s'attarde pas à regretter vainement le passé. Il le considère uniquement pour en tirer la leçon. Il en oublie les désagréments et sait reconnaître tout ce que ce passé lui a malgré tout apporté de bon.

L'homme à la barre est à la hauteur du présent, mais il est tourné vers l'avenir.

Il sait que les eaux sur lesquelles il navigue ne sont pas calmes, mais agitées. Mais en bon pilote, il sait manier la barre et garder sa route.

La personnalité, l'homme, le caractère

Le principal atout de l'homme et de la femme, dans leur travail et dans la vie, c'est le facteur humain : la personnalité et le caractère.

Ce sont toujours la personnalité et le caractère qui donnent à un être humain sa marque particulière.

N'oublions pas l'élément humain, l'esprit, l'idée qui doit guider chaque travail, chaque effort, même s'il ne s'agit « que » de trouver une nouvelle solution ou une méthode nouvelle et meilleure.

Celui qui sait donner à son activité une note particulière et personnelle réalise déjà de ce fait une sensible avance sur les autres.

La personnalité, le courage, la faculté d'entreprendre du nouveau et de le réaliser n'ont jamais encore été aussi nécessaires qu'aujourd'hui.

N'ayons pas peur d'être différents, d'entreprendre une fois les choses autrement, de parler ou d'écrire autrement, de mettre une note nouvelle dans nos relations avec autrui, bref, de faire quelque chose de nouveau.

Celui qui sait s'enthousiasmer réussit

Mettez en concurrence deux hommes, dont l'un sait s'enthousiasmer et l'autre pas : c'est toujours le premier qui l'emportera.

L'enthousiaste croit à un but et s'efforce de l'atteindre.

Chaque entreprise, chaque pays, a besoin d'hommes qui accomplissent leur tâche avec enthousiasme.

Ne plus s'intéresser à rien, ne plus pouvoir s'enthousiasmer ni se passionner pour rien, voilà la marque de ceux qui veulent trop prendre et trop peu donner.

Celui qui empêche autrui d'avancer reste lui-même en arrière.

Tirer parti du temps et des circonstances, tout est là !

Chaque époque a ses manifestations et ses événements particuliers. Peu importe, en somme, les événements qui se sont déroulés et que les hommes ont dû subir. La seule chose qui compte, c'est le parti qu'ils en ont tiré.

En réalité, la vie nous apporte chaque jour un nouveau risque. C'est un perpétuel saut dans l'inconnu. Chaque risque auquel nous faisons face courageusement stimule notre force morale.

Nous ne serons à la hauteur des événements à venir que si nous les considérons avec calme et confiance.

Nous ne pourrons entreprendre résolument les tâches qui nous attendent que si nous avons cessé d'envisager le destin craintivement et sans courage.

Il y a dans la vie des choses auxquelles nous ne pouvons échapper. Il y a des décisions inéluctables. Le danger sera d'autant plus petit que nous nous familiariserons plus vite avec les faits en présence desquels nous sommes placés et que nous leur ferons face plus positivement.

Manquer d'assurance, être irrésolu, c'est déjà perdre à moitié la partie.

Notre époque n'a pas de place pour des êtres qui gémissent et se plaignent continuellement, et sont une charge pour eux-mêmes et pour leur prochain.

Etre prêt à affronter courageusement tout ce qui adviendra, voilà le meilleur remède contre le pessimisme.

Ce qui compte, ce n'est pas l'époque et les circonstances que nous vivons, mais le parti que nous en tirons.

Savoir se débrouiller

Ce que me dicte ma conscience, voilà mon devoir, et non ce que les gens pensent que je dois faire.

Ayons confiance en nous-mêmes, et nous deviendrons capables de nous débrouiller.

Seul celui qui est intérieurement indépendant le sera vis-à-vis du monde extérieur.

Le tout est d'être intérieurement indépendant !

Servir et gagner

On récolte ce que l'on a semé

Qui sème mieux récolte mieux. Plus il y a de racines, plus les fruits sont abondants. L'arbre le meilleur, celui qui donne le plus de fruits, c'est celui qui a les racines les plus profondes.

La terre est fertile, elle rend au centuple le grain que nous lui confions à bon escient.

La terre est inépuisable, si nous la cultivons intelligemment.

Tout sur cette terre est symbole. Cultiver, labourer, semer, récolter sont aussi des symboles.

L'homme n'a pas que le sol à cultiver, mais bien d'autres choses encore.

L'un crée, l'autre utilise ; l'un pense, l'autre vit au jour le jour. Chacun cultive et sème à sa manière.

Mais nul ne récolte autre chose que ce qu'il a semé.

Rendre service

Nous ne devrions pas confondre gagner et profiter.                                                             

Celui qui veut vraiment gagner ne doit pas être le seul a profiter.

Exiger un salaire équitable en échange d'un travail bien fait, ce n'est pas profiter, loin de là. Il s'agit là d'une chose légitime.

Celui qui veut vraiment vendre avec profit laisse à l'acheteur la plus grande part du profit sous forme des avantages qu'il lui offre.

Une bonne  affaire profite aux  deux parties : notre partenaire doit y gagner autant que nous.

Rendre service, c'est offrir à notre prochain ce qui correspond à ses besoins.

L'essentiel n'est pas de gagner de l'argent, mais la confiance et l'estime de notre partenaire.

Le meilleur moyen d'intéresser autrui à nous est de nous intéresser à lui.   

De l'argent et de la fortune

Nombreux sont ceux qui croient ou croyaient qu'en amassant de l'argent, ils assuraient leur sécurité pour l'éternité. Celui qui pense que l'argent est le seul fondement et le seul instrument de son indépendance ne sera jamais indépendant.

La seule sécurité réelle qu'un homme puisse actuellement avoir en ce monde, c'est la conscience de sa force morale et de sa vocation, et une solide réserve de connaissances, d'expérience et de compétence.

Sans cette base et ces qualités, l'argent n'a pratiquement aucune valeur.

L'argent n'est que du métal sans valeur, si l'on ne possède pas en même temps la mentalité qui permet d'en faire un usage judicieux.

Il est bon d'avoir de l'argent et les biens que procure l'argent. Mais il faut s'assurer de temps à autre que l'on n'a pas perdu des biens qui ne s'achètent pas à prix d'argent.

Ne pas se tourmenter, mais risquer !

On ne verra jamais un homme vraiment efficient tenir anxieusement à chaque centime qu'il possède.

Les avares ne se risqueront jamais à entreprendre quelque chose de bien. Ils ont bien trop peur de perdre leur cher argent.

S'ils se décident enfin, ils feront sûrement une bêtise et perdront leur argent, comme ils s'y attendaient.

La plupart de ceux qui ont réussi sont partis de conditions modestes et se sont élevés par leur propre travail. Ils ont commencé sans rien. Ils n'avaient donc rien à perdre, mais tout à gagner.

Leur goût du risque les a aidés à réussir.

Ils ont appris à ouvrir les yeux, à se démener, à voir les occasions et à les saisir.

Au fond, peu importe qu'un homme naisse riche ou pauvre. Ce qui compte, c'est son intelligence et son attitude morale.

Pour réussir, il ne faut pas être mesquin.

Savoir gagner de l'argent, c'est souvent savoir se rendre utile

Un être constamment chaperonné et enveloppé dans de l'ouate n'accomplira jamais rien de grand.

Celui qui veut gâter la carrière de ses enfants n'a qu'à écarter tous les obstacles de leur chemin.

Les hommes qui sont arrivés à quelque chose ont dû lutter. Les cailles ne leur sont pas tombées" "toutes rôties dans la bouche.

Les difficultés sont faites pour être surmontées 

Celui qui attaque chaque problème avec courage et considère les difficultés comme un stimulant trouvera toujours le moyen d'en venir à bout.

Pour l'homme qui a un but, les difficultés, aussi grandes soient-elles, ne sont pas des obstacles infranchissables. Au contraire, elles remplissent chaque pionnier de forces et d'énergies nouvelles.

Le ruisseau qui suit toujours la ligne de moindre résistance devient tortueux.

Veillons à ce qu'il n'en soit pas de même pour nous.

Les mauvaises herbes poussent sans que nous fassions quoi que ce soit. Mais pour récolter un sac de pommes de terre, il faut manier la pioche.

Ce n'est pas en cherchant à éviter les obstacles que nous parviendrons au succès, mais en les surmontant.

Les difficultés ne sont épargnées à personne. La seule différence est qu'elles rendent l'un plus habile et plus capable, et font de l'autre un jérémiadeur sans courage.

Les obstacles sont les mêmes. Le tout est la manière dont chacun les affronte.

C'est pourquoi l'attitude avec laquelle nous abordons les difficultés est capitale.

Chaque fois que l'attitude positive et la compétence nécessaire font défaut, notre vie reste une lutte pénible.

Faisons comme les sportifs ! Que les difficultés surmontées soient un stimulant pour notre compétence, notre courage et nos forces !

Quels que soient les temps et les circonstances, il y a une solution à chaque difficulté : en profiter pour enrichir notre expérience, devenir plus habile et plus persévérant.

Tout succès véritable exige de la compétence, une endurance à toute épreuve et un dévouement constant à notre but.

Le monde est plein de cactus. Mais rien ne nous oblige à nous y frotter !

La vocation et le succès

Nous devons avoir des buts méritant que nous nous y consacrions tout entier.

L'homme  supérieur  cherche  les  fautes  en  lui-même, l’autre les cherche partout ailleurs.

L'homme actif apprécie les batailles perdues, les désillusions, les grandes et les petites erreurs, s'il sait en tirer la leçon.

Ayons toujours présent à l'esprit le but qui est digne de nos luttes et de nos efforts. Ce ne sont pas les buts les plus dignes d'efforts qui sont le plus faciles à atteindre.                              

II ne vaut pas la peine de lutter et de vivre pour des buts qui ne nous donnent pas la satisfaction du devoir accompli.

Chacun est l'artisan du succès de sa vie. Son œuvre sera à la mesure de ses plans et de ses efforts.

Chacun doit créer son propre bonheur.

Chacun récolte ce qu'il a semé.

L'efficient, le bâtisseur, fait ce que sa voix intérieure lui ordonne de faire.

Notre vie sera ce que nous en ferons.

Triomphons de la médiocrité

Ce que beaucoup cherchent, de nos jours, c'est un port tranquille pour y jeter l'ancre.

Or, notre rôle n'est pas de toujours nous dire comme nous serions bien si... si la situation était autre, si l'on avait ceci ou cela, si certaines choses étaient comme autrefois, etc. — mais de triompher des circonstances telles qu'elles se présentent aujourd'hui.

Ce ne sont pas les faveurs du sort, mais bien ses coups, qui forgent un homme.

Vivre, c'est chercher la voie à suivre.

Vivre, ce n'est pas seulement être actif, c'est agir en vue de créer du meilleur en nous et autour de nous.

Chacun écrit son propre chapitre dans le livre de la vie. Qu'il l'écrive illisiblement, de travers ou soigneusement, c'est lui seul qui porte la responsabilité de chaque mot.

Qu'est-ce que le succès personnel ?

Le vrai succès est un effort ininterrompu. Chaque victoire nous place au seuil d'une étape plus élevée, mais plus difficile.

Pour réussir sa vie, il n'y a pas d'ascenseur : il faut monter l'escalier.

Celui qui réussit vraiment n'est pas un égoïste, mais le serviteur d'une cause, d'un tout, et par là le serviteur de tous.

Celui qui conçoit et accomplit sa tâche dans cet esprit connaîtra le succès personnel.

Et celui qui travaille ainsi avec succès à son propre développement et à l'accomplissement de sa tâche apporte la justification du succès dans la vie. Car il considère que son devoir est de se développer, de se perfectionner et de donner le meilleur de soi-même.

Celui qui réussit vraiment n'est pas un esclave du succès, ni un chercheur de succès à tout prix.

Il ne fait qu'administrer ses talents. Il sait qu'il les a reçus pour en faire le meilleur usage possible.

Et c'est uniquement parce qu'il donne ainsi le meilleur de lui-même qu'il réussit, qu'il est un homme accompli et un homme libre.

Le sens du succès

D'aucuns prétendent que le succès professionnel n'est pas un succès, que le seul but de la vie humaine est la connaissance de soi-même et le développement spirituel. Ils veulent déjà faire comprendre aux jeunes que le succès n'a en soi aucun sens.

Ils n'oublient qu'une chose : certes, le succès extérieur est sans valeur sans le succès intérieur. Mais à quoi sert de montrer à un homme le chemin de l'élèvement spirituel, si on ne lui aide pas en même temps à se développer dans la vie selon ses dispositions ; si on ne lui montre pas que sa tâche consiste en premier lieu à faire ses preuves en face des problèmes immédiats et concrets que lui pose la vie, à bien accomplir la mission qui lui a été confiée ?

Notre premier devoir est de faire nos preuves là où nous avons été placés.

Notre succès se mesure à la manière dont nous accomplissons les tâches qui nous sont confiées.

Le vrai succès n'est pas extérieur, mais intérieur. De ce fait, le succès est aussi la soumission de la vie extérieure à nos forces intérieures.

Qu'il nous soit permis de faire une comparaison : Le but de l'art culinaire est de préparer, sans gaspillage et en utilisant les moyens disponibles, un mets à la fois sain et savoureux. Celui qui veut atteindre ce but doit commencer par apprendre à cuire. Pour cela, un certain temps de pratique est indispensable.

Si le développement spirituel est le but de la vie, nous devons étudier les moyens qui y conduisent.

De même que nul ne peut apprendre l'art culinaire seulement dans un livre de recettes, on ne peut atteindre le développement spirituel simplement par les livres et l'étude théorique.

Celui qui veut parcourir un trajet doit se servir soit de ses jambes, soit d'un véhicule. Celui qui veut parcourir une étape dans la vie et dans la voie du perfectionnement spirituel, doit commencer par agir en conséquence dans le champ d'action où il est placé, c'est-à-dire dans la vie.

L'action créatrice est toujours en conflit avec les problèmes intérieurs et extérieurs que nous pose la vie.

Organiser sa vie harmonieusement est en bonne partie une affaire d'éducation de soi-même et de développement de la personnalité. C'est une œuvre qui s'accomplit dans la vie en commun avec d'autres, dans le conflit avec les exigences de la vie et de la profession.

Celui qui veut sortir victorieux de ce conflit doit savoir ce qu'il veut, ce qu'il peut donner pour l'obtenir, dans quelle mesure il peut et veut payer de sa personne.

Cela conduit tout naturellement à l'analyse de soi-même, à un débat avec soi-même.

L'impérieux « Connais-toi toi-même » est juste, parce que nous devons regarder ce qui nous manque, où nous avons particulièrement besoin de nous développer et de progresser.

La connaissance de nous-mêmes n'est cependant qu'une des tâches qui nous sont dévolues.

Cette étude de son propre moi présente pour beaucoup un danger : ils s'y attardent et font finalement obstacle à leur propre progrès.

L'observation de soi-même est d'autre part difficile parce que l'homme se voit volontiers comme il se désire.

Parmi ceux qui s'occupent trop de leur personne, nous trouvons les égoïstes typiques, auxquels manque tout contact avec leur prochain et avec la collectivité.

Leur attitude se masque souvent de motifs éthiques et religieux.

Ceux qui s'étudient le plus sont les natures sans harmonie intérieure, brouillées avec elles-mêmes et avec le monde. Celui qui ne cherche qu'à cultiver la connaissance intellectuelle de soi fait forcément fausse route. Sans amour, point de clairvoyance. Seul celui qui donne peut recevoir.

II en résulte, une fois de plus, que nous ne nous développons vraiment que dans la mesure où nous rendons service, où nous exerçons une activité créatrice.

Etudions-nous et connaissons-nous. Mais souvenons-nous de ceci : l'examen et la connaissance de soi doivent être une libération, un appel à l'action libératrice.

Ne vivent vraiment que ceux qui sont actifs.

Tout effort sincère se fixe un but élevé, dépassant ce qui a déjà été accompli.

C'est l'effort vers la réalisation, l'effort pour réussir dans le meilleur sens du mot.

Le vrai succès n'a rien de commun avec l'utilitarisme. Il donne à la vie un sens plus élevé que le chiffre d'affaires, la spéculation et le gain.

Cependant, même à son niveau le plus élevé, le succès ne se dissocie jamais de l'effort pour nous rendre utiles.

L'esprit aussi est en contact avec la matière.

Tout ce qui s'élève part d'en bas. Ce qui existe sert de base et de champ d'exercice. Même un avion ne peut prendre l'air que sur une piste d'envol.

Mais il y a, pour chacun de nous, un but de succès plus élevé.

La voie nous en sera révélée si nous nous interrogeons sur le sens du succès et, en même temps, sur le sens de la vie.

Le plus grand succès qu'un homme puisse atteindre est de trouver son moi divin, et de suivre matériellement et spirituellement sa vocation.

 
Nos services

A votre service depuis 2007
Image Active

Cliquez ici pour en savoir plus ...

Image Active
Cliquez ici pour en savoir plus ...


Cliquez ici pour prendre contact ... 
Image Active
Cliquez ici pour en savoir plus ...
 
Personnes de contact

Image Active
Thierry et Ghislaine Feller
Consultants et administrateurs

Nous aimons communiquer, transmettre des informations et des conseils dans un langage accessible à tous.

Accompagner des personnes dans toutes sortes de démarches et élaborer des solutions personnalisées ... c'est notre passion !

Profil de Thierry Feller
Profil de Ghislaine Feller
Recommandations de clients

Comment nous pouvons vous servir
Notre éthique des affaires
Tout est gratuit ou presque !

Image Active 


Pseudo: thierry.feller